Facebook veut séduire les télévisions

Le réseau social vient de lancer deux nouvelles API (Application Programming Interface) à destination des TV et médias pour intégrer et analyser les conversations sur Facebook.

Afin de rattraper l’avance de son concurrent Twitter, Facebook veut être plus agressif sur le segment « interactions avec les programmes TV« . Facebook (qui lançait il y a peu les hashtags (#) sur sa plateforme) vient d’annoncer la sortie de deux nouvelles API (Application Programming Interface) à destination des partenaires TV et médias. Le but? Intégrer et analyser les conversations sur la plateforme sociale.

Disponibles dès aujourd’hui pour certains médias partenaires aux États-Unis (Buzzfeed, CNN, NBC’s Today Show, Sky TV, et Slate), et prochainement en France, ces nouveaux outils permettront de diffuser en temps réel les conversations qui ont lieu sur Facebookpuis de les analyser et les mesurer.

Les API ont deux utilités spécifiques :

– La « Public Feed API » permet d’afficher en temps réel le fil des publications publiques pour un mot donné. Seules les publications publiques (des pages et profils ayant activé l’option  » S’abonner « ) sont disponibles avec cette API ;

– La « Keywork Insights API » compile le nombre total de publications qui mentionnent un terme spécifique sur une période donnée. Elle peut aussi afficher des résultats agrégés de manière anonyme en se basant sur des critères comme le sexe, l’âge ou la localisation des utilisateurs.

« Nous sommes persuadés que ces nouveaux développements permettront aux médias de mieux interagir avec leurs téléspectateurs, puis d’analyser et mesurer plus efficacement les conversations concernant leurs programmes. Nous sommes impatients de pouvoir mettre en oeuvre ces innovations avec nos partenaires médias en France. Nous aurons notamment l’occasion d’en discuter avec eux lors du prochain MIPCOM à Cannes début octobre« , Amina Belghiti, Directrice des Partenariats Plateforme pour L’Europe du Sud-Est et les nouveaux marchés chez Facebook.

En France, 52% des français qui commentent les programmes TV sur internet (37% de la population) le font sur Facebook (Orange-Terrafemina)
Aux États-Unis, entre 88 et 100 millions de personnes se connectent à Facebook pendant le prime-time (créneau 20h-23h).

Pour aller plus loin :

– Une récente interview d’Amina Belghiti, Directrice des Partenariats Plateforme pour L’Europe du Sud-Est et les nouveaux marchés chez Facebook, sur le thème de la Social TV.

– Un article du New York Times sur les deux nouvelles API.

 

 

 http://www.e-marketing.fr/Breves/Facebook-veut-seduire-les-televisions-et-les-medias-54027.htm

Du second écran à la Twittervision

Je pense ne rien vous apprendre en disant que le second screen en train de complètement bouleverser les habitudes de consommation des programmes TV. Au départ vu comme une pratique de geeks, l’utilisation d’un smartphone ou d’une tablette devant son écran de TV est un phénomène qui tend à se généraliser. À tel point que l’on en vient à se demander quel écran est utilisé en retrait : Forget second-screen apps. Today, the TV is the second screen.

Illustration du second screen
Illustration du second screen

Les panellistes mesurent l’impact du second screen

Dans une société hyperconnectée devenue accro aux interactions sociales en temps réel, Twitter s’impose comme le média social de référence pour les seconds écrans. La plupart des émissions et séries TV affichent maintenant un hashtag pour inciter les téléspectateurs / mobinautes à réagir. Le phénomène a prit une telle ampleur que les panellistes en ont fait un produit : Médiamétrie lance l’étude Social TV. De plus, l’étude publiée par Nielsen le mois dernier nous apporte la preuve statistique que Twitter et certains programmes TV parviennent à stimuler leur audience respective : New Nielsen research indicates two-way causal influence between Twitter activity and TV viewership.

Impact mutuel de Twitter et de la TV
Impact mutuel de Twitter et de la TV

Nous disposions déjà de données chiffrées (Stats: Twitter’s relationship with TV revealed), mais avec cette étude, les marketeurs et éditeurs de programmes TV vont voir Twitter sous un nouvel angle : The coming age of Twittervision.

Statistiques de publication de tweets lors d'un série TV
Statistiques de publication de tweets lors d’une série TV

Un écosystème riche et des offres structurées pour les annonceurs

Si le phénomène de “socialisation” de la TV est assez récent, l’écosystème de startups et prestataires qui s’est constitué autour commence à être sacrément complet : Introducing the Social-TV Ecosystem Chart 2.0. Certes, ce graphe est très impressionnant, mais il faut reconnaître qu’ils ont été plus qu’exhaustifs (certains services se affichés dans plusieurs catégories).

Panorama es acteurs de la social TV
Panorama des acteurs de la social TV

Outre ces nombreux prestataires techniques, l’offre pour les annonceurs se structure également. Un événement organisé par Microsoft a d’ailleurs été l’occasion de présenter en juin dernier différents scénarios d’engagement des téléspectateurs connectés par les marques : Annonceurs et 2nd écran, renouveau de la pub TV. Le compte-rendu, rédigé par Par Barbara Chazelle, en charge de la stratégie et de la prospective chez France Télévisions, met en évidence l’énorme opportunité des terminaux mobiles pour transformer les moments de distraction (état passif devant un programme TV) en conversations sur les médias sociaux.

Les différents scénarios d'engagement de la social TV
Les différents scénarios d’engagement de la social TV

Les quatre modèles d’engagement identifiés s’articulent principalement autour des contenus de marque et des interactions sociales :

  • La synchronisation incitative qui récompense le téléspectateur exposé à un spot publicitaire (ex : Weetabix qui offre des produits à ceux qui prennent en photo l’écran de leur TV) ;
  • La gamification au travers d’applications mobiles comme le propose Honda (Honda Jazz Mobile App Demo)
  • L’évènement sponsorisé où la chaîne met à disposition des contenus complémentaires sur son site (ex : Canal+ et Lancôme pendant la Nuit des Césars) ;
  • L’expérience immersive avec des dispositifs plus sophistiqués, comme Heineken lors de la coupe de l’UEFA.

Vous trouverez d’autres informations sur ce diaporama présenté par Novédia :

Comme vous pouvez le constater, il existe déjà de nombreuses possibilités pour les marques d’exploiter la social TV. Certains se sont même spécialisés dans des niches comme Kwarter qui est parti à la conquête du marché US :  La gamification par Kwarter, l’avenir du second écran dans le sport ?.

Twitter cherche à s’imposer comme le roi de la social TV

Pour profiter de cette manne, Twitter avait déjà fait une acquisition en début d’année (Twitter to Buy Bluefin Labs, Social Media TV Analytics Company) et poursuit dans cette lancée avec l’acquisition de l’éditeur de la solution Curatorr : Twitter acquires real-time social data company Trendrr to help it better tap into TV and media.

Le fruit de ces investissements commence déjà à se voir avec notamment la concrétisation de partenariats avec la NBA pour proposer des ralentis de matchs directement dans le flux : Twitter Teams With NBA to Stream Basketball Replay Videos. Vous noterez que ces extraits de match sont bien évidemment accompagnés de bandeaux publicitaires en sur-impression (ici pour le film After Earth).

Des extraits de matchs de la NBA dans votre flux Twitter
Des extraits de matchs de la NBA dans votre flux Twitter

Suite à cette première expérience réussie, Twitter a signé de nombreux autres partenariats avec des grandes chaînes ou groupe média (BBC, Fox, Bloomberg TV, Condé Nast, Discovery…) pour pouvoir déployer son programme : Twitter Amplify partnerships: Great content, great brands, great engagement. Un partenariat a déjà été signé en France pour des vidéos courtes de 30 s. avec une publicité de 8 S. en pre-roll : Twitter expérimente les campagnes TV 2.0 avec TF1.

Mais le plat de résistance est bien évidement l’offre de ciblage publicitaire : Extend TV commercials on Twitter: Premiering TV ad targetingCette offre permet aux annonceurs de synchroniser leurs efforts publicitaires sur la TV et Twitter. Concrètement, les annonceurs ont accès à un tableau de bord où ils renseignent les chaînes et les heures de diffusion de leurs spots, ils ont ensuite la possibilité d’envoyer des tweets sponsorisés aux twittos qui ont été exposés à ces spots (ces derniers sont ciblés en fonction des hashtags insérés dans leurs tweets).

Les scores d’engagement n’ont pas encore été publiés, mais vous pouvez bien avouer que cette technologie est assez révolutionnaire. Ce qui m’interpelle avant tout est le fait que les annonceurs parviennent à capter l’attention des téléspectateurs qui se détournent de leur écran de TV durant la coupure publicitaire. C’est redoutable, d’autant plus que Twitter fournit à ses annonceurs des statistiques très détaillées sur l’impact des spots et des tweets sponsorisés :

Exemple de tableau de bord pour l'offre de ciblage publicitaire de Twitter
Exemple de tableau de bord pour l’offre de ciblage publicitaire de Twitter

Avec cette offre, Twitter est donc légitime pour rentrer dans la “cour des grands”. Les budgets publicitaires alloués à la télévision sont en effet sans comparaison avec ceux accordés aux supports digitaux (nous parlons d’un rapport de 1 à 100). Mais il reste cependant beaucoup de travail à Twitter pour finaliser cette offre et la lancer sur les marchés européens et asiatiques. Il reste surtout aux équipes à convaincre les annonceurs et le marché que malgré les chiffres, Twitter est une plateforme plus intéressante que Facebook (Facebook Has Five Times More TV Chatter Than Twitter).

Le dernier trimestre de l’année va être décisif, car l’introduction en bourse est programmée pour le début de l’année 2014. Il ne reste donc que quelques mois pour faire évoluer le service et le rendre un peu plus accessible au grand public (Why Twitter’s new Conversations view is a big deal and why it matters for its IPO). En fonction de la réussite de cette transformation, la valorisation de Twitter devrait (ou non) dépasser les 10 milliards de $.

MàJ (09/09/2013) : Le sujet est décidément très chaud puisque Facebook vient de mettre en ligne deux outils à destination des chaines pour les aider à mieux exploiter Facebook pour les interactions en temps réel : Facebook takes on Twitter with new tools to give TV broadcasters access to its user data.

http://www.mediassociaux.fr/2013/09/05/du-second-ecran-a-la-twittervision/#sthash.otme33MJ.dpuf

+ de 75% de jeunes commentent les programmes TV en ligne

D’après une enquête de l’Observatoire Orange – Terrafemina sur les perceptions de la social TV, plus d’un tiers des Français commentent les programmes en live sur Internet.

On y apprend tout d’abord que les internautes aiment parler de télévision : ils sont 80% à échanger sur ce sujet «dans la vraie vie». Sur Internet, leur terrain de prédilection pour les conversations télé est Facebook (52%), dépassant de loin les forums et les blogs (17%) et les applications mobiles des chaînes (5%).

Commenter les émissions en ligne est une pratique de plus en plus courante (37% des sondés sont concernés), en particulier chez les jeunes de 15 à 17 ans, qui sont plus de 75% à s’exprimer sur le Web à propos des programmes.

Enfin, cette enquête met en évidence l’avènement d’un nouvelle relation entre les internautes et la télévision : sur Internet, les téléspectateurs se sentent personnellement investis dans les programmes, et la télévision fait office de nouveau lien social numérique. Mais la toile est surtout considérée comme un lieu «défouloir», offrant l’opportunité de critiquer les programmes.

infographie_socialtv_version web_v2

la social TV : toujours plus forte !

La social TV : toujours plus forte !

Réseaux sociaux et télévision ne sont plus antinomiques mais complémentaires. Depuis un an INfluencia analyse le phénomène, ses nouveaux outils et ses conséquences. Une nouvelle étude de BI Intelligence confirme l’avènement de la TV sociale.

Depuis plusieurs années maintenant, avec l’affirmation de la prééminence des contenus sociaux dans la part quotidienne d’informations reçues par le consommateur connecté, les innovations se multiplient pour leur offrir de nouveaux relais. Que ce soit en musique et vocalement sur Twitter avec The Social Radio en imprimé avec Little Printer ou en capteur digital d’émotions à la We Feel Fine, la convergence se consolide au fil d’ outils novateurs. Avec l’application Guide – dont parlait INfluencia en février 2013, elle prend une nouvelle dimension en transformant les lectures de son contenu multimédia en sa propre chaîne télé.

Et oui, les consommateurs adorent surfer sur les réseaux sociaux tout en regardant la télévision ! Le constat est indéniable et avec sonSocial Soundtracker – évoqué par INfluencia le mois dernier, ABC News a parfaitement cerné le potentiel publicitaire de cette synergie naissante. Sur le même constat, Hollywood et l’industrie du cinéma en Europe s’attachent avec opportunisme les services duSecond Screen.

Dans ce contexte, les conclusions de la dernière étude de Business Insider Intelligence ne surprennent pas. Mais elles possèdent un énorme mérite, celui de confirmer une habitude de consommation : la TV sociale, qui dans son sillage, draine un nouvel outil de pertinence publicitaire. Car c’est bien un désir sincère de partage qui explique l’importance historique des conversations suscitées en temps réel sur les réseaux sociaux par les shows TV aux Etats-Unis. Les diffuseurs et annonceurs doivent penser à de nouvelles stratégies pour atteindre une audience qu’ils n’ont pas encore domptée. En quelques constats BI Intelligence rappelle les enjeux et la révolution en cours.

 

40% de connectés sur les réseaux sociaux en temps réel

Selon l’étude, 250 milliards d’euros ont été dépensés en pubs TV en 2012, rendant la quête de pertinence éminemment vitale. La TV sociale – qui permettra même aux réseaux sociaux de récupérer une part du gâteau, peut à elle seule dans les cinq ans devenir un énorme business. A vrai dire, elle est déjà bien implantée : BII démontre qu’à travers le monde, une majorité des utilisateurs de réseaux sociaux reconnaissent s’en servir régulièrement pour commenter et discuter en temps réel les émissions qu’ils sont en train de regarder.

Les smartphones et les tablettes rendent encore plus pratiques cette nouvelle routine. Aux Etats-Unis, 40% des internautes sur supports mobiles sont connectés sur les médias sociaux pendant qu’ils sont devant leur poste. Pour ceux et celles qui sont sur leur smartphone, ces mêmes médias sociaux sont devenus un compagnon plus commun que le shopping quand ils ou elles regardent un programme télévisuel. Quand on sait que pour l’instant en 2013, un tiers du e-commerce aux Etats-Unis se fait entièrement sur tablettes et smartphones, contre 12% en 2012, nous avons une meilleure idée de l’importance des enjeux.

Enfin, BII nous apprend que des trois supports majeurs de la TV sociale, Twitter, Google +  et Facebook, le petit oiseau bleu est le plus courtisé. Pour quelle raison ? En premier lieu car beaucoup plus de ses données sont ouvertes et publiques, rendant plus facile pour les marketeurs le ciblage des téléspectateurs. Le nouvel outil publicitaire de Twitter, TV Ad Targeting intègre intelligemment tweets, hashtags, vidéos digitales et pubs TV et permet au géant du micro-blogging de pitcher aux marques la possibilité pour elles de prolonger la conversation des histoires contées à la télévision.

http://www.influencia.net/fr/actualites1/marketing-progress,social-toujours-plus-forte,112,3566.html

la social TV sur TF1

Le 2 février 2013, à l’occasion de la nouvelle saison du télé-crochet The Voice, la chaîne privée lance « Connect » sur son application MyTF1. Le principe : interagir avec le téléspectateur en totale synchronisation avec le live de l’antenne via un second écran type tablette et smartphone. Comment ? En captant l’attention du téléspectateur via les réseaux sociaux.

En cliquant sur l’onglet « Connect » intégré à l’application MyTF1, le téléspectateur pourra commenter et suivre les conversations sur Facebook et Twitter autour du programme qu’il est en train de regarder sur TF1. Pour pousser l’interaction jusqu’au bout, l’application propose, tout en regardant l’émission, de choisir la séquence vidéo qui les aura fait vibrer et de la partager instantanément sur les réseaux sociaux. C’est ce que la chaîne appelle « l’instant replay ».

La social TV peut lui permettre de récupérer de l’audience. Car les usages explosent : 76 % des Français utilisent un second écran en regardant un programme TV pour vivre une interactivité, un enrichissement ou un partage de leurs expériences, selon une étude du CSA-NPA Conseil. 46 % des utilisateurs de 2nd écran échangent sur les réseaux sociaux devant la TV aux USA (Nielsen USA – données France non disponibles).

Retrouvez cet article sur : www.e-marketing.fr – « TF1 mise à fond sur la social TV »
Copyright ©Editialis