14% des mobinautes français possèdent entre 50 et 100 applications sur leurs smartphones

Les Français deviennent de plus en plus nombreux à consulter l’internet mobile via une application plutôt que par le biais d’un navigateur internet (Safari pour iPhone, Chrome pour Android…). « 83,4% d’entre eux en ont consulté au moins une en août 2013 contre 72,2% un an auparavant » précise Mediametrie qui présente l’audience de l’internet mobile en France pour le mois d’août 2013.

Une forte progression qui ne permet cependant pas de dépasser la consultation directe de sites mobiles (92,8%, soit +1,3 point de pourcentage sur an). Cette poussée s’explique par le fait que 59% des utilisateurs choisissent en effet ce canal de consultation pour la facilité d’utilisation qu’il représente.

Si les catégories « divertissement », « télécom/services internet » occupent les deux premières positions du podium en matière de plus forte consultation d’applications, les « actualités et informations » n’occupent que la cinquième place, derrière les voyages.

Au total, l’institut révèle que 14% des internautes français qui détiennent un smartphone possèdent entre 50 et 100 applications sur leur terminal. Seulement 5% en ont plus d’une centaine.

http://frenchweb.fr/14-des-mobinautes-francais-possedent-entre-50-et-100-applications-sur-leurs-smartphones/128456

Publicités

SEO et Médias Sociaux : les Critères de Classement en 2013 dans les SERPs

Moz vient de publier en intégralité leur dernière étude nommée « Search Engine Ranking Factors 2013» pour laquelle 100 top search marketeurs ont été interrogés sur quelques 80 critères de classement sur les moteurs de recherche.

Ce rapport ne constitue pas « une preuve des critères de classement mais montre plutôt certaines caractéristiques des pages web qui ont tendance à bien se positionner dans les moteurs de recherche ». Aussi, on parlera davantage de liens de corrélation que de liens de causalité.

S’agissant des métriques relatives aux médias sociaux, le nombre de +1 est considéré comme le 2ème facteur de classement, derrière l’autorité de la Page. D’une manière générale, les pages web qui obtiennent un taux de partage important sur les médias sociaux ont tendance à mieux se positionner dans les SERPs. Pourtant, Matt Cutts indiquait dernièrement que Google ne prenait pas en compte les +1 ou encore les partages sur Facebook.

seo-correlations-sociales

Lorsque les experts sont interrogés sur les critères de classement susceptibles d’être importants dans le futur, l’influence générale de Google Plus se classe en 4ème position, après la valeur perçue d’une page web pour les utilisateurs, les métriques d’autorship (author et agent rank) et les données structurées dans les SERPs. La 5ème position est occupée par les signaux sociaux tels que les partages, les mentions J’aime et les +1.

prévisions-facteurs-classement-seo

Ci-dessous, voici le classement des métriques sociales pour le positionnement dans les SERPs en 2013 :

metriques-sociales-seo-2013

http://www.emarketinglicious.fr/social-media/seo-medias-sociaux-les-criteres-classement-en-2013-les-serps

Facebook : +69% de clics pour le nouveau format des publications avec des liens

C’était à prévoir. Je vous avais auparavant parlé du nouveau format des publications Facebook avec des liens. En effet, celui-ci avait été modifié pour intégrer une image plus grande qui s’affichait sur presque toute la largeur du fil d’actualité. Et je disais à l’époque qu’il était fort à parier que ce nouveau format crée plus d’engagement.

publication-facebook-lien-image-non-modifiee

publication-facebook-lien-image-modifiee

Et bien c’est confirmé. Une récente étude de Chad Wittman (EdgeRank Checker) montre que les liens avec des images plus grandes reçoivent en moyenne 5,55% de clics contre 3,29% pour les publications avec des vignettes. Ce qui donne au total une augmentation de 69%.

engagement-publication-facebook-lien-image

Il s’agit donc d’une bonne nouvelle étant donné que ce type de publication (avant modification) était l’un de ceux qui recevait le moins d’engagement jusqu’à présent.

http://www.emarketinglicious.fr/social-media/facebook-clics-nouveau-format-publications-liens

Comment utiliser la curation de contenus dans votre stratégie digitale ?

Face à la croissance exponentielle du nombre de publications concernant votre marque et vos thématiques professionnelles, comment réagissez-vous ? Comment faites-vous pour identifier les auteurs de ces publications et les valoriser pour vous aider à accroître votre notoriété et attirer de nouveaux clients ?

Passer de cette masse d’informations à la découverte des plus pertinentes est long et complexe si vous n’utilisez pas une méthode adaptée. La curation de contenus web est une pratique qui vous aide à mener à bien cette tâche lorsqu’elle est couplée à une méthodologie adaptée.

Voici comment démarrer en cinq étapes.

curation-contenu-strategie-digitale

Du volume à la pertinence … illustration (C) TdV

La curation de contenus web, c’est quoi ?

La curation de contenus web est une pratique qui consiste à sélectionner, classer, enrichir et partager les contenus web les plus pertinents sur les thématiques qui sont les vôtres.

Pour vous lancer dans la curation de contenus, il vous suffit de mettre en place les cinq actions suivantes.

1- Identifiez les sources d’information les plus influentes

Vous connaissez les thématiques qui vous importent, elles ont trait à l’activité de votre entreprise, vos produits et services. Pour identifier les sources d’informations les plus pertinentes et les plus influentes, suivez ces trois conseils :

  1. Effectuez une simple recherche Google sur les thématiques qui vous intéressent et notez les sites qui ressortent le plus souvent. C’est votre base de départ. Listez les adresses de ces sites et vérifiez par vous-même en les parcourant qu’ils sont suffisamment pertinents.
  2. Choisissez dans cette liste les sites dont la notoriété est la plus importante. Relevez le nombre de commentaires après chaque article, les ‘like’ et autres ‘+1′, etc. Retirez systématiquement les sites qui ne font que reprendre des contenus d’autres sites (encore appelés fermes de contenus web), ils n’ont aucune valeur car ils ne produisent rien par eux-mêmes.
  3. Interrogez vos contacts qui ont les mêmes problématiques que vous et demandez leur quels sites ils fréquentent. Ajoutez ces sites à votre liste.

2- Identifiez les auteurs les plus influents

Intéressez-vous aux auteurs. Bien souvent ces derniers écrivent sur leur propre blog et sur des sites spécialisés qui sont de nouvelles sources à prendre en compte. Vous pouvez les identifier de plusieurs façons :

  • Suivez les salons spécialisés et la liste des intervenants. Vous allez trouver très vite les bonnes personnes. Tous les salons disposent désormais d’un site dédié, inutile de vous déplacer, consultez l’agenda en ligne pour savoir qui intervient sur quoi.
  • Lisez la presse spécialisée pour savoir qui écrit et sur quel support. Vous pouvez ensuite trouver rapidement les sites sur lesquels ces experts publient.
  • Utilisez les réseaux sociaux. Rien de tel que de rechercher sur Twitter ou Google Plus les meilleurs experts d’un sujet. Lisez ce que ces gens-là écrivent, parcourez leurs blogs, interrogez-les pour avoir d’autres références.

3- Constituez votre référentiel

En vous basant sur les listes de sources et d’auteurs établies en suivant les conseils ci-dessus, constituez votre référentiel de sites que vous considérez comme les plus pertinents.

Ce référentiel va vous permettre de rassembler tous les contenus qui traitent de vos sujets. Il va mettre en évidence les influenceurs et les auteurs qui comptent et que vous pourrez contacter si vous en éprouvez le besoin.

4- Utilisez un outil adapté : l’agrégateur de flux

Un agrégateur est un outil (application ou service en ligne) qui permet de constituer facilement un référentiel de sites. Cet agrégateur permet également de classer les articles selon un plan de classement qui vous est propre.

plan-classement-agregateur Exemple de plan de classement dans un agrégateur de flux

L’agrégateur scrute le web à la demande, il va chercher les nouveaux articles et vous les présente en respectant votre plan de classement. Il fait le travail à votre place sur la base du modèle que vous avez défini au préalable.

Feedly est un agrégateur particulièrement efficace. Feedly est disponible sous forme d’interface web, d’applications smartphones et tablettes et il est ouvert aux applications tierces. C’est l’outil adopté par la plupart des curateurs depuis ces derniers mois suite au retrait de Google Reader.

Vous devez paramétrer votre agrégateur pour pouvoir l’utiliser. Ce paramétrage se fait en quelques minutes, il vous suffit de créer votre plan de classement et d’ajouter des tags (mots-clés) pour différencier les sujets. Dans chacun des dossiers créés, vous ajouterez un à un les sites recensés dans votre liste de sources.

En attribuant des tags aux articles consultés, vous vous donnerez la possibilité de parcourir tous les contenus par thèmes ou sujets très précis. C’est une autre façon de lire que de suivre le plan de classement.

5- Publiez les meilleurs articles auprès de votre audience

Pratiquer la curation vous permet de faire profiter votre audience des meilleurs articles consultés. Plutôt que de garder pour vous ces contenus (et de faire de la simple veille technologique), vous pouvez en profiter pour les porter à la connaissance de vos contacts : partenaires, clients, prospects. C’est l’intérêt de cette pratique de curation que de construire un media très focalisé de façon automatisée.

page-presentation-curation

 Exemple de page de présentation d’articles triés par curation

Pour diffuser ces contenus il existe de nombreux outils et services. Il peut s’agir de votre blog sur lequel vous créez une catégorie ‘Ce qu’il fallait lire cette semaine …‘. Ou bien d’une page recensant tous ces contenus et exclusivement dédiée à cela (services Scoop.It, PearlTree, Storify, etc.). Ou tout simplement de votre groupe LinkedIn ou de votre page Facebook.

Pratiquer la curation ? Mais encore …

Pratiquer la curation de contenus va vous permettre de mettre en avant les sujets les plus pertinents vous concernant ou concernant votre marque. Vous allez découvrir vos influenceurs, vous pourrez partager auprès de votre réseau qui vous le rendra bien en interagissant avec vous. Et de ces interactions naîtront des opportunités qu’il ne tient qu’à vous d’exploiter.

http://www.emarketinglicious.fr/webmarketing/comment-utiliser-curation-contenus-strategie-digitale

33% des Français rechignent à payer une appli mobile

Les Français privilégient les applis mobiles gratuites, une tendance confirmée par la dernière étude Global Mobile Consumer Survey 2013 réalisée par Ipsos pour le cabinet Deloitte. Cette enquête porte sur les usages et comportements des Français en matière de mobilité. Sans surprise, l’utilisation des smartphones et tablettes est complémentaire. Et, 33% des Français rechignent à payer pour télécharger des applis mobiles selon l’étude Global Mobile Consumer Survey 2013 réalisée par Ipsos pour le cabinet Deloitte.

Cette enquête est consacrée aux usages et comportement des Français en matière de mobilité.  » L’appétit des Français pour les smartphones et les tablettes ne se dément pas ! Les smartphones occupent déjà la moitié du parc français et 50% des personnes interrogées envisagent d’en acquérir un au cours de l’année qui vient « , Ariane Bucaille, Associée responsable Technologies, Médias, Télécommunications chez Deloitte.

L’usage des mobiles

Les appels et les SMS, premiers usages des smartphones

 

Pas de cannibalisation entre les tablettes et les smartphones

 

L’usage des tablettes

Les échanges de SMS et appels voix su IP peu utilisés sur tablettes

 

Les usages web plébiscités sur tablette

 

Les tablettes gagnent du terrain sur le PC

Le marché des applications

Un nombre d’applis téléchargées limité

 

Les jeux et la musique, applis les plus téléchargées

 

Les Français réticents à télécharger des applis payantes

 

L’illimité désiré pour les e-mails et Facebook

Alexandre Buselli, associé conseil responsable Télécoms et Médias chez Deloitte conclut :  » Nous constatons que globalement les Français restent sur des usages classiques de leur équipement mobile. Le renforcement du multi-équipement, l’évolution du marché low-cost et des technologies ne bouleversent pas pour autant les usages. Satisfaits des services, de la qualité du réseau proposés par leur opérateur, les Français ne cherchent pas à tout prix à passer par exemple à la 4G ou au BYOD [Bring Your Own Device], deux tendances qui concernent aujourd’hui davantage le Royaume-Uni ou les Etats-Unis « .

Méthodologie

L’étude a été réalisée par Ipsos auprès de 2000 internautes français représentatifs en termes géographiques et économiques, et sur des quotas de sexe et 5 tranches d’âge, interrogés en ligne en juin 2013.

http://www.e-marketing.fr/Thematique/Medias-1006/Web-Mobile-10031/Breves/33-des-Fran-ais-rechignent-a-payer-une-appli-mobile-226735.htm

Votre boite mail est un champ de bataille, quelques chiffres

email-addict

Return Path nous a préparé une infographie qui remet en perspective quelques données sur notre boite mail. Ainsi nous recevons en moyenne 416 messages commerciaux par mois, dont heureusement un bon nombre finissent automatiquement dans notre boite de spam. La répartition des expediteurs se fait entre les daily deal, les reseaux sociaux, les sites de rencontres, puis les ecommercants.

Voyage privé, Voyager moins cher, Auchan, Carrefour, Viadeo, Linked In, quelques chiffres de comparaison à lire!

 

email-champ-de-bataillehttp://frenchweb.fr/votre-boite-mail-est-un-champ-de-bataille