81 outils web pour booster la performance de son site

Cette semaine, nous vous proposons une série d’outils en ligne pour analyser, évaluer et optimiser votre site internet : audit des performances, contrôle de la validité des pages, analyse du référencement, du positionnement et du trafic, gestion et édition des couleurs, des polices, des feuilles de style, conversion des formats, édition et compression des images… Avec une prise en main rapide, aucune installation et des fonctionnalités avancées, ces outils constituent le couteau suisse numérique du parfait webmaster / éditeur de site internet ! Cette liste n’est bien entendu pas exhaustive : n’hésitez à partager avec nous les outils en ligne gratuits que vous utilisez pour améliorer votre site internet. Et que la qualité et la performance web soient avec vous !

PARTIE I TESTER / AUDITER / ANALYSER

Analyser les performances /évaluer le temps de chargement des pages /…

Web Page Test
Mobitest
LoadsIN
Make the Web faster (Google)
Which loads faster
Load Impact
Gomez Web site performance
Pingdom
Tester l’accessibilité des pages
Opquast Reporting
Ocawa
Achecker®
WAVE (Web accessibility evaluation tool)
Truwex Online 2.0
Contrôler la validité du code des pages
Validateur HTML/XHTML (W3C)
Unicorn, Validateur HTML/XHTML (W3C)
Validateur de site sur un device mobile (W3C)
Html Lint
Contrôler la validité des liens hypertextes
Vérificateur de liens du W3C
Broken Link Checker
Link Checker (Drupal)
Link Checker Firefox
Contrôler ses contenus éditoriaux (orthographe / synonymes / …)
Copyscape
Bon Patron
Correcteur orthographique Translated.net
Trésor de la Langue Française informatisé
Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales
Dictionnaire électronique des synonymes (DES)
Dictionnaire des synonymes français
Contrôler la validité des feuilles de style
Validateur des feuilles de style (W3C)
CSS Lint
Contrôler les couleurs (contraste, luminosité…)
Check My Colours
Colour Contrast Check
AccessColor
Autres tests
Firebug
Validateur des flux RSS (W3C)
Test Everything
Robots Checker
Browsershot
Lynx Viewer
View Like Us
Under The Site
Dr. Watson
Web Developper (Chrome / Firefox)
Analyser les mots clés, vérifier la qualité du référencement, évaluer le positionnement, le trafic
Alyse
WordPress SEO by Yoast
Multiple Datacenter Rank Check Tool
Webmaster Tools Ranks.NL
SEOquake
Searchstatus
Google Trends
Google Adword

PARTIE II OPTIMISER

Optimiser les couleurs

Color Scheme Designer
COLOURLovers
Chromafiltre et Chromograf (Pourpre.com)
Color Explorer
Kuler
Cercle chromatique accessible
Sphere – Color Theory Visualiser
Optimiser les polices de caractère
Google Web Font
Font Comparer
Typetester
WhatTheFont
Fontstruct™
Copy Paste Character
Optimiser les feuilles de style
CSS 3.0 maker
csstypeset
ProCSSor
Yaml Builder
Optimiser les JavaScripts
Online Javascript Compression Tool
Packer
Jsbeautifier
Compresser le code des pages
Minifier
Compresser les feuilles de style (css)
CSS Compressor
Clean CSS
Optimiser/éditer les images
Sumo Paint
SVG Edit
Befunky
Draw.io
Pixlr Editor
Taxgedo
Wordle
Publicités

viralité sur Facebook

Selon une récente étude, si une publication Facebook n’est pas devenue virale trois heures après sa parution, elle ne le deviendra pas par la suite.

La plateforme d’analytics sociale Optim.al indique que 75% de l’engagement sur les publications des pages Facebook se produit dans les trois premières heures après que le contenu soit affiché, avec 50% survenant au cours de la première heure.

http://www.emarketinglicious.fr/social-media/viralite-sur-facebook-3-heures-maximum-apres-la-publication

le social shopping

Le social commerce n’existe pas, tout du moins dans l’idée de faire du commerce sur les réseaux sociaux.

Aujourd’hui, le véritable intérêt pour une marque réside dans la force de la recommandation sociale, 53 % des Français étant influencés par leurs amis sur Facebook avant l’achat d’un produit, et 89 % consultant les avis sur Internet avant d’effectuer un achat (*). Dans le bruit généré, c’est la qualité de la recommandation qui fait la différence et constitue le déclencheur du futur acte d’achat.

Le post-achat est un maillon essentiel, le véritable enjeu étant que le client parle de la marque après son achat. Plus de 50 % des digital natives considèrent d’ailleurs que l’expérience post-achat est plus importante que celle de pré-achat pour se forger une opinion. Le centre de gravité du mix marketing et des investissements va donc se déplacer vers la gestion de la relation client post-achat.

Proposer une expérience de social shopping réussie implique également que l’enseigne « embarque » et intègre pleinement cette dimension sociale sur ses sites web. C’est tout l’intérêt de l’Open Graph, qui intègre au site les interactions sociales, à travers par exemple le bouton Like ou le module Facebook Connect, qui permet de se connecter avec ses identifiants Facebook sans créer de nouveau compte client – intéressant quand on sait que 86 % sont prêts à quitter le site lors d’une création de compte.

Avoir accès aux avis des internautes directement dans le magasin est l’un des principaux enjeux de la digitalisation du point de vente. Celui-ci doit dépasser son rôle de show-room pour intégrer des outils permettant aux clients de socialiser leur shopping experience magasin.

La relation client ne s’arrête plus à la vente. Il est désormais nécessaire aux retailers de gérer les interactions engendrées avec les clients, en pré et post-achat.

Source : http://lecercle.lesechos.fr/entrepreneur/marketing-communication/221168683/social-shopping-levier-croissance-retail

Stratégie digitale d’Oreo

OREO, le fameux biscuit sandwich de la marque Nabisco fait beaucoup parler de lui en ce moment sur la toile grâce à plusieurs vidéos qui buzzent. Tout ceci est issue d’une stratégie digitale basée sur le constat simple que les fans d’OREO se divisent en deux groupes: ceux qui aiment le biscuit et ceux qui aiment la crème… mais dans les deux cas chacun passe de longs moments à essayer de séparer les deux parties! Petit tour sur son écosystème digital.

Ainsi OREO a fait appel à plusieurs artistes ingénieurs pour fabriquer de diaboliques machines à séparer les OREOs ! Les vidéos sont disponible sur la chaîne Youtube de la marque.

En plus de ses vidéos de séparation d’OREOs, la marque joue aussi sur la rivalité entre les pro-biscuit et les pro-crème:

Très présente sur Youtube avec ses vidéos de brand content, la marque a aussi  investi les plateformes sociales dédiées à  l’image telles que Instagram ou Pinterest . On y retrouve principalement des recettes et créations assez hallucinantes et appétissantes, mais OREO pousse aussi ses fans à partager leurs contenus en envoyant leurs meilleurs « moments OREO » via l’application Facebook « Moment Gallery ».

oreos pinterest

oreos instagram creations

Bien sûr tout ceci est ancré en partie dans la stratégie marketing de contenu qui vise à assouvir la faim de ses plus de 32 millions de fans sur Facebook! Quand on sait que depuis sa création près de 500 milliards d’OREO ont été mangés ce qui en fait le biscuit le plus vendu du XXIème siècle ça parait logique.

OREO, qui s’affirme être le meilleur cookie du monde depuis plus de 100 ans n’a donc plus à prouver sa notoriété mais bien à créer de l’engouement auprès de sa communauté pour convertir un maximum de ses clients potentiels en gourmands inconditionnels de la marque, surtout dans les pays où la marque est encore peu connue. Sa stratégie digitale va donc dans ce sens en exploitant chaque canal digital au maximum. Longue vie à la gourmandise, longue vie à OREO!

http://mode-digital.fr/2013/03/oreo-sa-strategie-digitale/

la longue traîne expliquée

La longue traîne (long tail en anglais) est une expression employée pour la première fois en 2004 par le journaliste américain Chris Anderson* dans un article du magazine Wired (lien). La longue traîne fait alors référence à certaines caractéristiques du business de sociétés telles qu’Amazon : Chris Anderson a constaté que ces dernières étaient en mesure de proposer à leurs clients un nombre très important de références produits qui se vendaient certes en petite quantité mais qui, au global, dépassaient le chiffre d’affaires des best-sellers. Pour mettre en place de telles stratégies, ces sociétés ont pu s’appuyer sur deux caractéristiques fondamentales de l’économie numérique : ladématérialisation des biens et des services, et le recours à la sous-traitance et aux partenariats.

La longue traîne en référencement naturel

Appliqué au référencement, le principe de longue traîne consiste à positionner un site internet sur un nombre important de requêtes ciblées et peu concurrentielles. En parallèle, le site sera positionné sur des requêtes génériques : la concurrence y est exacerbée et obtenir un bon classement dans les moteurs de recherche est un exercice difficile.

La longue traîne et les mots-clés qui la forment peuvent permettre de générer au global plus de visites que les mots-clés génériques ultra concurrentiels.

Longue traîne
Trafic lié à la longue traîne > Trafic lié aux mots-clés

 L’objectif consiste donc à positionner son site internet sur un nombre important de mots-clés, très ciblés et peu concurrentiels, plutôt que de chercher à tout prix à placer son site internet dans le top des mots-clés génériques les plus requêtés, ultra-concurrentiels et très difficiles à obtenir et à conserver. Cherchez à vous positionner sur le mot-clé référencement ou rachat de crédit et vous comprendrez à quel point il peut être pertinent de se positionner également sur un grand nombre de mots-clés moins concurrentiels.

Qui dit mots-clés dit création de pages optimisés. Or, pour créer des pages de qualité, il faut du contenu (gare aux contenus dupliqués) et pour créer des contenus pertinents, il faut un rédacteur compétent. C’est d’autant plus vrai en 2013 après les mises à jour Google Panda et Google Penguin, qui font la part belle aux contenus utilescréatifs etrégulièrement mis à jour.

Longue traîne : un exemple

Prenons l’exemple d’une agence de voyage qui commercialise dans son agence et sur Internet des voyages à destination du grand public. Les mots-clés les plus requêtés autour de son métier sont les suivants sur Google :

    • voyage = 11 000 000 recherches mensuelles en France (concurrence élevée)
    • séjour = 3 350 000 recherches mensuelles (concurrence élevée)
    • séjour voyage = 1 830 000 recherches mensuelles (concurrence élevée)
    • agence voyage = 450 000 recherches mensuelles (concurrence élevée)

Sur ces mots-clés, la concurrence entre les sociétés du secteur est féroce et ressortir dans les moteurs de recherchesur ces mots-clés est très difficile. Dans ce contexte, se positionner en complément sur un nombre important de mots-clés non génériques constituerait un bon moyen de « coller » aux recherches des internautes. Pour déterminer les mots-clés à « travailler », il faut prendre en considération son positionnementsa stratégie mais aussi les requêtes des  internautes sur son site, les requêtes globales des internautes sur les moteurs de recherche, etc.

Pour un internaute qui recherche une offre de voyage, les requêtes ne vont généralement pas porter sur un seul mot-clé (voyage OU séjour OU…) mais sur un série de mots-clés qui ont trait :

    • au produit (voyage, séjour…), aux services,
    • aux activités,
    • au nom des marques,
    • à la période (noël, pâques…),
    •  aux caractéristiques du produit, du service (tout compris, demi-pension…) de l’agence de voyage, de l’hébergement
    • aux atouts du produit, du service (moitié prix, pas cher, 100 % soleil…),
    • à la destination (Iles Canaries, Tahiti…), à la ville de départ…
    • etc.

Exemples de requête

Séjour [PRODUIT] tout compris [CARACTÉRISTIQUES] golf [ACTIVITÉ] Biarritz [LOCALISATION]

Voyage [PRODUIT] pas cher [ATOUT PRODUIT] Islande [DESTINATION] départ Nantes [LIEU DE DÉPART]

Séjour [PRODUIT] all inclusive [CARACTÉRISTIQUES] hôtel 4 étoiles [CARACTÉRISTIQUES HÉBERGEMENT] Megève[DESTINATION]

Schéma de la longue traîne

longue traine1 La longue traîne expliquée (référencement web)

Les mots-clés situés au niveau de la tête de la longue traîne sont peu nombreux mais permettent de générer un nombre de visites important de visites (des centaines, des milliers voire beaucoup plus dans certains domaines). Ils correspondent à des requêtes génériques pour lesquelles la concurrence est très forte.

La queue de la longue traîne est quant à elle composée d’un nombre très important de mots-clés, qui vont générer peu de visites (1, 2 ou 3 visites par mois) mais qui additionnées les unes aux autres généreront un volume de visites beaucoup plus important que celui apporté par la tête de la longue traîne.

Conclusion

Du point de vue du référencement, un travail d’optimisation de la longue traîne est toujours bénéfique. Etre capable decapter les requêtes ultra-précises des internautes, c’est être en mesure de répondre à leurs attentes en termesd’informations délivréesde produits ou de services proposés… Autant de moyens d’améliorer votre taux de transformation, de mieux vendre, de mieux communiquer, de mieux informer…

Aussi, avant de chercher à vous positionner sur des mots-clés très spécifiques, il vous faut des contenus de qualité,tant sur le fond que sur la forme (écriture, style, structure, code optimisé…)  des contenus à valeur ajoutéecréatifs,utiles, des contenus qui sont attendus par vos internautes ou qui sont susceptibles de capter leur attention positivement.

Avez-vous mis en place pour votre site Internet une stratégie d’optimisation de la longue traîne ou, au contraire, cela vous semble-t-il peu intéressant ? N’hésitez pas à partager avec nous vos expériences personnelles !

* Chris Anderson est l’auteur du livre « The Long Tail : Why the Future of Business Is Selling Less of More » paru en 2006. De 2001 à 2012, il a été rédacteur en chef de wired (magazine print + web). Il se consacre désormais à sa start-up DIY Drones, spécialisée dans la commercialisation de drones en kit.

En savoir plus sur la longue traîne

http://metacontents.fr/longue-traine/

Kiabi et Facebook en point de vente

Septembre 2012
“Le principe : inviter Facebook en point de vente pour créer une interaction entre les clients physiques, leurs amis et les fans de la marque de prêt-à-porter (1 million).
Pendant une semaine, à l’entrée du magasin de Villeneuve d’Asq, les clients s’équipent d’un bracelet RFID qu’ils connectent à leur compte Facebook, en rentrant leurs identifiant et mot de passe sur une borne.
Les actions possibles :

  1. liker un look présenté sur un mannequin parmi une quinzaine de silhouettes proposées. Pour ce faire, le client passe son bracelet devant la borne et notifie automatiquement qu’il aime un look sur son mur Facebook.
  2. faire un check-in : il se géolocalise dans le magasin Kiabi
  3. obtenir des conseils de ses amis sans qu’ils soient présents physiquement. Dans les cabines d’essayage, le client enfile une tenue, se photographie et envoie cette photo sur son mur pour demander l’avis de son entourage.
  4. bénéficier d’une réduction de 10 %.

Le parcours du dispositif a été conçu de sorte que le client vienne en magasin, génère une mention ” J’aime “, et suscite la curiosité de son entourage qui s’est ensuite dirigé sur le site e-commerce.
Mars 2013
A partir d’une appli Facebook dédiée, d’un mobile, ou d’une tablette installée dans le magasin de Villeneuve d’Asq, les clientes ont pu liker une trentaine d’articles de la nouvelle collection.
Sous chaque article, un mini-écran affichait en temps réel le nombre de mentions “J’aime”. Cette initiative permet aux clientes de savoir quelles tendances suscitent le plus d’intérêt.
Bilan positif :

  1. Chaque article a été liké + de 4000 fois en moyenne.
  2. Au total l’initiative a généré près de 100 000 likes et 11 000 fans supplémentaires.”

Sources : http://www.e-marketing.fr